mots de François Mauriac, parus en août 1943

Georges Séguy, ancien cheminot, résistant à 16 ans, l’un des plus jeunes déportés de France, à Mauthausen, une certaine idée de la France. L’occasion de rappeler ces mots de François Mauriac, parus en août 1943 : «Seule la classe ouvrière dans sa masse aura été fidèle à la France profanée. A l’heure où j’écris, (novembre 1941) tant d’autres Français sont mus par une passion élémentaire : la peur ! Ils ne l’avouent pas, rendent au maréchal un culte d’hyperdulie, invoquent Jeanne d’Arc, mais dans le secret, tout pour eux se ramène à l’unique nécessaire : sauver leurs privilèges ».

 

Le Monde.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *