LE TPS SERA T’ IL RECONDUIT ?

Et, si la direction ne voulait pas d’un nouveau TPS !!!
Un scénario pas…. impossible!
La CGT vient d’écrire à Monsieur Mettling pour lui demander d’ouvrir rapidement des négociations en vue de la signature d’un nouvel accord séniors avec un dispositif TPS. En effet les interventions récentes de la direction d’Orange laissent planer une incertitude quant à la volonté de cette dernière à reconduire un dispositif d’aménagement de fin de carrière pour les générations 1959 à 1961.
Chacun comprendra que cette annonce si elle devait se révéler être la stratégie du groupe, les femmes et les hommes séniors vivraient cette décision comme un véritable tsunami générateur d’un mal être et vécue comme une discrimination pour les générations concernées.
Sachant qu’après la période tragique pour le personnel 2008 et 2009, la signature des deux accords séniors mais également l’accord intergénérationnel ont permis aux salariés de continuer à s’investir dans l’entreprise de façon motivante et valorisante. Les personnels séniors concernés ayant grâce aux accords la possibilité de se projeter
dans un aménagement de la fin de carrière.
Au-delà de l’organisation des fins de carrières, ces accords ont contractualisés la volonté d’embauche de jeunes
dans nos services, certainement pas au niveau de la revendication CGT mais embauche tout de même. Sans un
nouvel accord, nous craignons que toutes décisions privant les séniors d’un aménagement de fin de carrière seraient l’expression d’une direction ne souhaitant pas le recrutement ni l’évolution des jeunes dans notre groupe.
                                   Cela est INACCEPTABLE et INENVISAGEABLE
Pour réaffirmer clairement que les séniors ont besoins de construire leur fin de carrière, que la performance de l’entreprise passe par l’embauche des alternants et apprentis qui le souhaitent.
Donnons du poids à nos interventions,
                                              MOBILISONS-NOUS le 9 avril:

BIEN PREPARER SA RETRAITE

Au-delà de l’évolution des textes, au final, il y a deux éléments clés qui déterminent le montant de nos retraites et pensions et la durée de vie en bonne santé à la retraite:

ce sont le montant de la rémunération perçue et les conditions de vie et de travail pendant l’activité. C’est bien pendant l’activité que l’on peut peser sur ces deux éléments pour notre et votre avenir de retraités. Il n’y a donc pas de rupture entre vie active et vie la retraite mais continuité il doit en être de même dans notre activité syndicale.
Quelle est la réalité d’aujourd’hui ?

Depuis 2010 , le blocage des salaires dans la fonction publique est bien réel La dégradation des conditions de travail due aux restructurations permanentes, aux suppressions d’emplois, à la mobilité forcée, touche toutes les entreprises du secteur.

Les conséquences :

-L’espérance de vie à la naissance continue de s’améliorer. Les résultats sont comparables à ceux des pays voisins, 63,5 ans pour les femmes et à 61,9 ans pour les hommes en 2010. mais un peu inférieurs à ceux des pays nordiques. Les écarts d’espérance de vie entre hommes et femmes demeurent importants mais se réduisent pour l’espérance de vie en « bonne santé ».
-Les écarts d’espérance de vie à la naissance entre homme et femme sont plus importants – 84,9 années pour les femmes et 78,2 années pour les hommes en 2011 – bien que les gains en espérance de vie aient été plus rapides pour les hommes que pour les femmes ces dix dernières années.
-Les écarts d’espérance de vie par catégorie sociale sont plus marqués chez les hommes que chez les femmes. Au milieu des années 2000, les cadres hommes avaient une espérance de vie à 35 ans, de 47 ans contre seulement 41 ans pour les ouvriers. L’écart était deux fois moindre entre les femmes cadres et ouvrières (respectivement 52 et 49 ans).
Les données de l’INED (Institution Nationale d’étude Démographique) font apparaitre un recul de l’espérance de vie sans incapacité entre 2008 et 2010 ; elle est passée de 62,5 ans pour les hommes à 61,9ans et de 64,6 ans à 63 pour les femmes.
Faire débattre du vécu de chacun et finir par les conditions de travail ne sont-elles pas créées pour vous inciter à prendre les dispositifs de « départ anticipés ?

La préparation concrète de la retraite

Des questions essentielles à se poser :

-Ai-je tous les documents et quand dois- je faire ma demande ?
-Quel sera le montant de ma retraite ou pension ?
-Quelles démarches entreprendre avant de partir à la retraite et où s’adresser :
-Le départ à la retraite commence à faire partie de vos projets ?

Pour bien le préparer, il ne faut pas attendre la dernière minute et se poser les bonnes questions.
-La retraite n’est pas acquise automatiquement.
-Il faut, pour la prendre, respecter certaines conditions notamment d’âge ou de durée du travail (carrière longue), et accomplir certaines formalités auprès des organismes de retraite pour en faire la demande.
-Avec le principe de la décote que vous soyez contractuels ou fonctionnaires, que vous ayez travaillé dans le privé ou public ou bien les deux, tous les trimestres effectués vont avoir un impact sur le montant des retraites ou pensions. Une retraite çà s’anticipe et se prépare !

Le relevé de situation individuelle : un récapitulatif de votre carrière passée

Depuis 2007, le relevé de situation individuelle se met progressivement en place. Ce relevé récapitule l’ensemble des droits que vous avez acquis jusqu’à ce jour dans vos différents régimes de retraite obligatoires de base et complémentaires.
Vos droits sont exprimés en trimestres (régime de base) et en points (régimes complémentaires).
Votre relevé de situation individuelle comporte :
• la liste de l’ensemble des régimes dans lesquels vous avez acquis des droits à la retraite, avec l’indication de la date de début et de fin de votre passage dans chaque régime ;
• les éléments de rémunération pris en compte, ou susceptibles de l’être, dans le calcul du montant de votre retraite ;
• la durée d’assurance ou le nombre de points acquis ;
• et les informations relatives à des périodes ou à des événements qui ne peuvent être rattachés à une année donnée (par exemple : enfants ou service militaire) et/ou qui sont susceptibles d’influer sur l’âge nécessaire pour la liquidation ou sur le montant de votre retraite.

Ce document vous permet d’avoir une vision globale de vos droits et de vous assurer que les informations détenues par les organismes de retraite sont complètes et correctes.
Le relevé de situation individuelle est accompagné d’un imprimé présentant l’organisation et les principes du système de retraite en France.

Comment obtenir votre relevé de situation individuelle ?
Vous n’avez aucune démarche à faire.
Un relevé de situation individuelle vous est envoyé automatiquement tous les 5 ans à partir de 35 ans. Il est établi et vous est adressé par l’un des organismes dont vous relevez ou avez relevé en dernier lieu. Il est expédié à la dernière adresse postale connue par l’organisme qui a établi le relevé
Sur le site du GIP Info Retraite, repérer la date d’envoi de votre du relevé de situation individuelle
Vous pouvez également demander votre relevé de situation individuelle à tout moment, dans la limite d’un tous les deux ans. Si vous cotisez ou avez cotisé au régime général, contactez votre caisse régionale.
Votre relevé de situation individuelle est en ligne
Il comporte les mêmes informations que le relevé qui vous est envoyé automatiquement, tous les 5 ans à partir de 35 ans, par courrier. Ce qui est nouveau, c’est que vous pouvez le consulter sur ce site, à tout moment, quel que soit votre âge.

https://www.lassuranceretraite.fr/cs/Satellite/PUBPrincipale/Salaries45a54/service/JeMinscris?packedargs=null

Si vous constatez des oublis ou des erreurs, vous aurez ainsi le temps de procéder aux reconstitutions nécessaires.

Quelles démarches entreprendre avant de partir à la retraite et où s’adresser :

A) Fonctionnaire :

C’est au moins 6 mois (voire un an) avant la date de départ souhaitée qu’il faut s’adresser à la direction des ressources humaines de votre administration qui constituera les dossiers de demande de retraite de base et retraite additionnelle.
-Vous recevrez un dossier comportant (se procurer un exemplaire) :
-Votre déroulement de carrière plus le service militaire (période stagiaire – titulaire – temps partiel – absences)
-Vos durées d’activité
-Vos durées d’assurance dans les autres régimes.
-L’indice brut détenu depuis 6 mois*
-Une « fiche familiale »
-Une estimation du montant de votre pension annuelle (à déduire de celle-ci CSG et RDS)
(Se servir de ce document pour expliquer sommairement comment on calcule un montant de pension)
*Attention à ne pas « perdre » un indice pour être parti quelques jours ou semaines avant l’acquisition des 6 mois nécessaires.

-Le salaire du dernier mois d’activité sera calculé au prorata des jours travaillés.

Tous les éléments contenus dans ce dossier sont à étudier avec la plus grande attention. Plus vous ferez votre demande de retraite en amont plus vous aurez de chance de percevoir votre retraite dès le 1er mois.

Remarque :
La retraite additionnelle ne sera versée qu’à l’âge légal de départ à la retraite correspondant à votre année de naissance (exemple née en 1953 à 61 ans et 2 mois) idem pour le versement de la retraite du régime général et complémentaire si vous avez travaillé dans le privé.

B) Le régime général

Afin d’être sûr de ne rien oublier, il est vivement conseillé de rassembler tous vos bulletins de salaires ou vos justificatifs de revenus d’activité professionnelle, vos certificats de travail, vos relevés de compte des différents régimes de sécurité sociale auxquels vous avez été affiliés, les attestations des employeurs successifs, etc.
Puis 6 mois (voir 1 an) avant la date de départ souhaitée faire la demande de retraite.
Pour déposer votre demande de retraite vous devrez compléter l’imprimé de demande de retraite personnelle. Cet imprimé peut être téléchargé sur le site www.retraite.cnav.fr. La demande peut être également faite directement en ligne sur ce même site, dès lors que vous remplissez les conditions requises.
Une seule demande permet d’obtenir la retraite auprès du régime général des salariés, du régime des salariés et non-salariés agricoles (MSA), du régime social des indépendants (RSI) qui regroupe les régimes de retraite des artisans, des industriels et des commerçants.
De même vous pouvez : aussi faire votre demande de retraite complémentaire Agirc – Arrco en ligne sur le site Retraite complémentaire Agirc et Arrco ou par courrier en téléchargeant le formulaire de demande disponible sur le site.
Une particularité

Pour les anciens ACO (sous contrat avant 2010 à La Poste par ex) la demande de retraite complémentaire en ligne doit être faite sur le site de l’IRCANTEC ou par courrier en téléchargeant le formulaire de demande et les documents annexes disponibles sur le site.
Pour faciliter vos démarches et constituer votre dossier, se renseigner au CICAS (centre d’information et de coordination sociale) du département de votre résidence muni du relevé individuel de carrière.
(Donner quelques notions sur le calcul du montant d’une retraite dans le privé)
Le moment de la décision :
Tous les éléments ont été recueillis. Vous avez une idée du montant de la pension ou retraite à venir. Vous pouvez donc opter, en fonction de votre âge ou de votre service pour un « départ anticipé » dans l’attente de l’ouverture de vos droits ou un départ à la retraite.
Mais avant de prendre une décision qui va vous engager pour un tiers de votre existence et, même si l’envie de partir immédiatement est très forte, cela mérite un temps de réflexion.

Personne ne doit décider à votre place. Donc prendre le temps de réfléchir en fonction de sa situation familiale mais surtout de quelques repères :
Quel est le total de mes revenus mensuels (salaire + complément + prime) quel est le montant de ma pension d’où quelle perte de pouvoir d’achat ?
La fin de la participation de l’employeur à la cotisation mutuelle
Aurais- je réellement moins de besoins à la retraite ?

Prendre sa retraite ou un dispositif de pré-retraite est un moment important. Faire preuve de lucidité c’est partir d’un bon pied dans une nouvelle étape de la vie.

La CGT estime que pour vivre pleinement et dignement sa retraite il faudrait 1700€ brut minimum par mois. Qu’en pensez-vous ? (Remarque : un fonctionnaire en 1-3 en fin de carrière a un pouvoir d’achat supérieur à 1700€)
La CGT FAPT et son UFR mettent en débat l’interrogation suivante : « Pourquoi gagner moins à la retraite qu’en activité ? » …A réfléchir

PRIME SERVICE ACTIF : Généralisation et rétroactivité,

Lors des négociations sur la pénibilité en 2012, la CGT a porté les revendications des salariés en service actif en particulier concernant le départ en retraite ou l’entrée dans un dispositif TPS dans des conditions financières acceptables. Nous avions alors gagné l’attribution d’une prime dégressive pour les fonctionnaires non cadres bénéficiant du service actif partant directement en retraite. Depuis, la CGT n’a cessé d’exiger sa généralisation. Aujourd’hui, la CGT a obtenu son extension aux services actifs non cadres qui choisissent de passer par un TPS ! C’est une victoire importante pour le pouvoir d’achat des salariés, en particulier ceux ayant eu une activité pénible et qui jusqu’à présent devait choisir entre TPS et Prime service actif.

Service Actif, la CGT a gagné une prime pour tous les fonctionnaires non cadres

  • Pour un départ en retraite direct ou après un TPS la 1ére année d’ouverture des droits : 24 mois de salaire
  • Pour un départ en retraite direct ou après un TPS la 2ème année d’ouverture des droits : 21 mois de salaire
  • Pour un départ en retraite direct ou après un TPS la 3ème année d’ouverture des droits : 18 mois de salaire
  • Pour un départ en retraite direct ou après un TPS la 4ème année d’ouverture des droits : 15 mois de salaire
  • Pour un départ en retraite direct ou après un TPS la 5ème année d’ouverture des droits : 12 mois de salaire

Service Actif, la CGT a gagné la rétroactivité pour les non cadres déjà dans en TPS

Cette  prime sera également versée aux services actifs non cadres déjà dans un TPS au 1 septembre 2014 .

Gagner de meilleures conditions de fin de carrière, obtenir une amélioration des conditions de travail …  Cette victoire prouve qu’avec la CGT c’ est possible. Ensemble,portons nos revendications.

Infos Retraite

Que faire de votre PERCO à la retraite?

-Le toucher en cash net d’impôt, en une seule fois ou par tranches (¼ chaque année par exemple)

-Le transformer en rente viagère, mais alors il est imposable. Solution à réserver dans des cas très particuliers~Attention: des frais de garde peuvent être prélevés sur le PERCO 12 mois après la retraite.

-Voir la tarification sur http://www.amundi-ee.com

PREFON

Régime personnel réservé aux fonctionnaires et anciens fonctionnaires. Son principal avantage est la déductibilité des cotisations sur les revenus imposables…compensée par une imposition sur les revenus des rentes obtenues pendant la retraite, bien des années plus tard. Vous pouvez commencer à toucher une rente dès l’âge légal de départ en retraite, même si vous continuez à travailler.~

A vérifier: Il vous appartient de vérifier la rentabilité du dispositif, en tapant par exemple dans un moteur de recherche l’expression «rentabilité prefon»

Compte Épargne Temps(CET) et reliquat de congés payés

Si vous avez accumulé des jours sur votre compte épargne temps, il est temps de les utiliser:

-Soit pour partir un peu plus tôt et utiliser vos jours de congé avant le départ effectif en retraite

-Soit pour vous les faire payer en numéraire le mois précédent votre retraite si vous n’avez pas pu utiliser vos jours

.Contrairement à ce que dit la RH, le paiement du CET est de droit conformément à l’Article L 3154-3 du code du travail. De même les congés payés de l’année que vous n’avez pas pu prendre doivent être payés conformément à l’article L3141-26 du code du travail.~

Attention : Le paiement du CET non utilisé, pour les fonctionnaires, est prévu par la loi à un tarif très défavorable. Par contre, pour les salariés de droit privé, cela vaut en général la peine pour les cadres car:

O La surcote ne s’applique pas à la retraite complémentaire

O La prise de congé avant la retraite se fait sans part variable et réduit ainsi la prime de retraite(en cours de vérification)

O En monétisant le CET, l’ensemble du CET est cotisés à l’AGIRC France-Télécom ne paye pas de part variable pendant le CET et cela risque de réduire votre prime de retraite.

Plan Épargne Groupe (PEG)

Après la retraite Tous les fonds du PEG, (Plan Épargne Groupe) deviennent disponibles au moment de la retraite. Gardez toutefois votre PEG ouvert jusqu’au versement de l’intéressement et de la participation, que vous toucherez l’année suivant le départ en retraite au titre de l’exercice écoulé.

Des frais de gestion peuvent être perçus par Amundi, en fonction de votre portefeuille (Tarifs sur le site Amundi), lorsque vous n’êtes plus en activité.

Prévoyance et complémentaire santé:

Prévoyance:

Si vous êtes fonctionnaire et avez une prévoyance personnelle, vous avez sûrement intérêt à la résilier 3 mois avant la retraite, puisqu’en cas de maladie 3 mois avant la retraite, vous continuerez à être payé normalement jusqu’à la retraite

Complémentaire santé:

Si vous êtes fonctionnaire, et que vous cotisez à une complémentaire santé, il faut vous poser la question de savoir comment vous allez continuer à être couvert à la retraite avec vos nouveaux besoins.

Dans tous les cas, il faut réfléchir à votre besoin en couverture santé, sachant que la complémentaire santé n’est pas une assurance, mais un complément à la Sécurité Sociale qui ne couvre que 8% des frais de santé en France. Mais en cas de coup dur, c’est principalement la Sécurité Sociale qui vous couvrira. D’ailleurs plus de 60% du budget de la Sécurité sociale concerne les ALD (Affection de Longue Durée) Comme le cancer ou les maladies cardio-vasculaires)

Après le départ en retraite

-France Telecom doit mettre à votre disposition un certificat de travail conforme à l’article Article D1234-6 du code du travail, qu’il vaut mieux demander par Click RH. Il vous sera utile pour bénéficier des prestations CE.

-La carte de retraité est systématiquement envoyée aux fonctionnaires, mais elle doit être demandée par les salariés. Un Click RH permet de faire la demande simplement

-Intéressement et Participation

L’ensemble du PEG (hors PERCO), ou une partie seulement, est déblocable le lendemain de votre départ en retraite en envoyant un justificatif. Il s’agit alors d’un déblocage anticipé. Si vous demandez un déblocage partiel, vous ne pouvez plus en demander un autre.

Le PERCO est déblocable séparément. L’intéressement et la Participation de l’année de votre départ en retraite seront versés normalement comme pour les personnels restés actifs jusqu’au 31 décembre. Si vous avez fermé votre PEG à la date de versement, France Télécom doit vous le rouvrir.

Attention, l’intéressement et la participation versés dans le PEG après votre départ en retraite sont bloqués 5 ans. Ils ne sont pas déblocables pour motif «retraite»

 

 

 

TPS (Temps Partiel Senior)

TPS.

En contrepartie d’une baisse modérée de leur rémunération, les salariés de 55 ans ou plus peuvent entrer dans un dispositif de temps partiel leur permettant d’aménager leur fin de carrière. Cet accord prévoit un temps partiel à 50% ou 60%, sur 3 ou 5 ans, rémunérés 65% ou 75%. Il prévoit également un dispositif ad hoc pour le mécénat de compétences effectué dans des associations ou des ONG partenaires de la Fondation Orange, développant ainsi le rôle citoyen de France Télécoms-Orange.

France Télécoms-Orange veillera à mettre à disposition de ses salariés un environnement de travail adapté, afin qu’ils puissent poursuivre leur activité dans les meilleures conditions. Pour les salariés de 55 ans et plus, la possibilité de recourir au télétravail sera facilitée.

Accord SENIORS du 31 décembre 2012:

http://www.wk-rh.fr/actualites/upload/Accord-senior-FT-2013.pdf

Voici un résumé succinct :

  • Que tous les salariés pouvant prendre leur retraite avant le 31 décembre 2020 soient éligibles à cet accord (Art 6.3.3 plus mesures transitoires en annexe).
  • Un TPS sur 5 ans : rémunéré à 65% plus une prime de 4 mois attribuée systématiquement (soit une rémunération de 71% sur 5 ans), avec 2 ans travaillés à 60% et 3 ans libérés. Nous n’avons pas obtenu de prime spécifique aux autres formules, mais les salariés qui prennent un TPS restent éligibles à la décision 51 (prime de 0 à 24 mois).
  • Un TPS 3 ans avec :
  1. Une formule rémunérée à 65% : 1 an travaillé à 50% et 2 ans libérés
  2. Une formule rémunérée à 75% : 2 ans travaillés à 50% et 1 an libéré
  3. Une formule rémunérée à 80% : 3 ans travaillés à 50% dans une association mais pas dans l’entreprise.
  4.  à la consultation des CHSCT
  5. au retour en entreprise d’un salarié après une absence de longue durée, avec en plus la communication de la liste des Délégués du Personnel au salarié concerné
  6. l’abondement de 20% du CET (compte épargne temps)
  7. 5 jours de formation minimum tous les 3 ans pour les + de 45 ans
  8. l’attribution de 40H aux + de 45 ans pour préparer une VAE
  • Le maintien du TPA (temps partiel aidé) pour une durée illimitée.
  • Le renforcement de l’accompagnement des salariés de plus de 45 ans n’ayant pas eu de promotion pour qu’ils puissent changer d’au moins un niveau.
  • La possibilité de poursuivre le TPS au-delà de l’atteinte de la surcote pour un certain nombre de cas (poly pensionnés, consolidation d’indice, longue période en temps partiel….).
  • La revalorisation des seuils minima de rémunération qui passe à 1 650 euros bruts pour les employés et 2 300 pour les cadres, avec une clause de revalorisation pour 2015.
  • Dans l’hypothèse d’un allongement des durées de cotisation ou de l’âge de départ en retraite, ces prolongations se feraient en temps libéré pour les salariés déjà dans un dispositif. Par ailleurs, une négociation s’engagerait pour adapter l’accord aux nouvelles dispositions concernant la retraite.
  • Les avantages monétaires attribués au titre des accords sociaux de 1990 et 1997 pourront à la demande des salariés être pris en compte préalablement à leur entrée dans le dispositif.
  • Ce nouvel accord reconduit entre autre  les dispositions déjà existantes dans l’accord 2009 et  relatives :

La direction accepte de mettre en place en plus des commissions de médiations locales (établissement secondaire), des commissions de suivi locales (établissement principal), d’une commission de suivi et de mise en œuvre nationale une commission nationale d’analyses de la mise en œuvre des dispositifs qui se réunira deux fois par an jusqu’à fin 2020.

Bien évidement toutes ces commissions ne seront composées que des organisations syndicales signataires.

Cet accord qui s’étale sur une période de 8 ans confère à toutes ces commissions, pour certaines nouvelles par rapport à l’accord actuel, une importance particulière.

Seuil minimal de rémunération

Un seuil minimal de rémunération est fixé pour les salariés en TPS 3 ou TPS 5, à savoir :

• pour les non cadres : 1 650 euros bruts mensuels,

• pour les cadres : 2 300 euros bruts mensuels.

L’application de ce seuil minimal ne peut cependant avoir pour effet de porter la rémunération en TPS 3 ou TPS 5 au-delà du salaire global de base(SGB) en base temps plein. Si tel est le cas, la rémunération durant la période de TPS 3 ou TPS 5 sera le SGB en base temps plein

 Déroulement de carrière pour les fonctionnaires:

-Les fonctionnaires en TPS 3 ou TPS 5 sont des personnels à temps partiel, ils bénéficient d’un déroulement de carrière normal.

-Ils demeurent éligibles à l’obtention des échelons dits exceptionnels.

Indemnité de départ en retraite des salariés de droit privé :

La base de salaire à prendre en considération est le salaire brut versé par l’entreprise au cours des 12 derniers mois de présence L’indemnité de départ en retraite sera calculée sur la base du salaire perçu par le salarié avant son entrée dans le dispositif de TPS 3 ou TPS 5 , si cela lui est plus favorable. Elle suit le régime social et fiscal de l’indemnité de départ.

Abondement des CET « ancienne formule» :

Conformément aux dispositions de l’accord social du9 janvier 1997, pour les salariés disposant de jours sur un Compte Épargne Temps ‘’ancienne formule’’, l’abondement de 20% à la prise des congés pour départ en retraite, sera appliqué dès lors que la période jouxte un congé se poursuivant jusqu’à la retraite.

Pour les sociétés du Groupe disposant de mesures similaires, le principe ci-dessus reste applicable.

DÉPOSER UNE DEMANDE DE TPS

Informations sur les étapes à suivre:

http://anoo.rh.francetelecom.fr/rh/default/EN/all/rh_temptravailb_ftsa/ce_qe_je_dois_faire.htm

(Dans le texte ne pas tenir compte de la formule TPI qui est caduque depuis janvier 2013)

-Demande d’un TPS

http://anoo.rh.francetelecom.fr/rh/default/EN/all/rh_formulairesftsa/TPS_adhesion_au_dispositif_Tem.jsp

Nous vous conseillons de préciser la formule de TPS choisie (3 ans ou 5 ans) et les dates de début et de fin prévues. Ainsi le relevé pourra prendre en compte précisément votre période choisie de temps partiel.

-Demande de carrière longue

pour les fonctionnaires:

http://anoo.rh.francetelecom.fr/rh/default/EN/all/rh_temptravailb_ftsa/TPS_Demande_detude_de_retraite.jsp